Nokia supprime 7000 emplois dans le monde

load.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/

L’ex-numéro un mondial de la téléphonie transfère Symbian à Accenture. 

Tout un symbole. Après avoir cédé sa place de numéro un mondial de la téléphonie à Apple la semaine dernière, Nokia a annoncé mercredi le transfert de son système d’exploitation mobile Symbian à Accenture.

La première conséquence de ce partenariat est le passage de 3000 salariés de Nokia au sein de la société de services informatiques. Le finlandais donne ainsi un coup d’accélérateur à l’abandon de son système maison au profit de Windows Phone de Microsoft, avec lequel il a signé un partenariat. Accenture aura d’ailleurs pour mission de travailler sur le développement de Windows Phone pour Nokia. Le groupe doit désormais agir vite pour combler le retard qui s’accumule face à ses principaux rivaux. Pour l’heure, la bataille se déroule entre Apple et les fabricants qui ont choisi Android, dont Samsung. Nokia et Microsoft sont encore sur le bord de la route. Le finlandais a vu ses parts de marché mondiales chuter de 49 % avant le lancement de l’iPhone en 2004 à 29 % début 2011. Et ce alors que le marché mondial est en pleine expansion.

Les coupes claires dans les effectifs de Nokia ne s’arrêtent pas là. Parallèlement à l’externalisation de Symbian, Nokia a annoncé la suppression de 4000 postes d’ici à la fin 2012. Une mesure destinée à «aligner ses ressources humaines et ses sites opérationnels avec sa nouvelle stratégie», précise le groupe, qui évoque désormais la fermeture de certains sites de recherche et développement.

Redresser les marges 

Au total, Nokia supprime donc 7000 emplois. Une restructuration qui s’inscrit dans le cadre de son plan d’économie. Dévoilé la semaine dernière, il vise à réduire d’un milliard d’euros ses dépenses opérationnelles entre 2010 et 2013, essentiellement par le biais de restructurations. Une amélioration de la structure de coûts est impérative, alors qu’Apple nargue toute l’industrie en affichant une marge de 50 % par iPhone. C’est dix fois plus que la marge opérationnelle réalisée par Nokia au premier trimestre.

Le groupe est face à un double défi : il doit mettre au point un ou deux téléphones capables de rivaliser avec celui d’Apple et offrir un magasin d’applications aussi complet que ceux d’Apple et d’Android. Pour l’heure, le cahier des charges est loin d’être rempli.

Néanmoins, les annonces de mercredi ont rassuré les Bourses. Le titre Nokia a gagné 3,27 % à Helsinki… après avoir perdu 25 % depuis le 11 février, date de l’annonce de son alliance avec Microsoft.

Bembaron, Elsa

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !