Greenpeace vient de classer Apple dernier en matière de consommation électrique

C'est du propre ! Une consommation en électricité équivalente à 80 000 logements américains, voilà comment Greenpeace justifie l'attribution du titre d'entreprise high-tech la moins verte à : Apple.

Ce jeudi 21 avril l'association écologiste a publié « How Dirty Is Your Data ? », un rapport dans lequel figure le bilan énergétique des Datacenter d'Akamai, Amazon, Apple, Facebook, Google, HP, IBM, Microsoft, Twitteret Yahoo.

Le cancre 

Alors que ces dernières années la firme de Cupertino avait su redorer son image en matière de respect de l'environnement pour ses produits, elle retombe au plus bas du classement pour ses centres de données. Greenpeace affirme baser son analyse sur la transparence des données, la localisation des sites industriels, l'impact environnemental, la consommation et le type d'énergie utilisés.

 

Et les écologistes ont Apple dans le collimateur suite à son dernier investissement en Caroline du Nord, où son site va tripler sa consommation électrique. Le rapport indique d'ailleurs que l'énergie fournit par l'entreprise Duke Energy sera composée à 62% de charbon et 32% de nucléaire. L'objectif de Greenpeace est le suivant : faire une campagne anti-charbon et favoriser l'utilisation d'énergies renouvelables pour alimenter les serveurs. 

« Les consommateurs veulent savoir, lorsqu'ils téléchargent une vidéo ou modifient leur statut Facebook, s'ils ne contribuent pas au réchauffement climatique ou au prochain Fukushimas », déclare Gary Cook, auteur du rapport et analyste des politiques informatiques pour Greenpeace. 

Aux Etats-Unis, les entreprises ne sont pas tenues de dévoiler leurs bilans énergétiques ainsi que leurs émissions de carbone. Mais ici les écologistes rendent ces informations publiques en se basant sur des données provenant du gouvernement et des services publics américains. 

Le trio en tête du classement rassemble, dans l'ordre, Google, Yahoo, puis Amazon, qui apparemment donneraient l'exemple en matière d' « énergie propre ». 

La faute au Cloud

Selon le rapport, le problème de cette sur-consommation viendrait directement de l'augmentation croissante de services de Cloud-Computing. Actuellement, les centres de données représentent 1,5 à 2% de la consommation électrique mondiale. Greenpeace tire la sonnette d'alarme et précise que ces chiffres devraient être multipliés par 4 au cours des 10 prochaines années.

Dans un précédent rapport, Greenpeace estimait les centres de données et les réseaux télécom consommeront 1 963 milliards kWh d'électricité dans dix ans. Soit le triple de leur consommation actuelle et plus que celle de la France, de l'Allemagne, du Canada et du Brésil réunis. 

Même si Apple a refusé tout commentaire, le scientifique Jonathan Koomay, du laboratoire national de Berkeley, critique le rapport de Greenpeace en expliquant que : « l'utilisation de l'informatique permet souvent de réduire l'impact environnemental. Quand on compare la production d'un CD et le téléchargement de musique, les émissions de gaz sont réduits de 40 à 80% ». 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !