procès frauduleux contre Facebook ?

Polémique, sur polémique. Procès sur procès. Tel est le constat réalisé pour Facebook et Mark Zuckerberg, le (présumé) fondateur du plus célèbre réseau social mondial. Mais voilà, un homme affirme aux Etats-Unis, que le réseau social lui appartiendrait à hauteur de 50%. Et une nouvelle guerre judiciaire qui s'ouvre...

 




Une nouvelle plainte vient d'être déposée, alors que la Justice américaine venait de trancher concernant la paternité de Facebook face aux jumeaux Winklevoss, anciens étudiants de Harvard, donnant ainsi raison, une seconde fois à Mark Zukerberg. Cette fois, c'est un Américain de Wellsville, une petite ville de l'État de New York précise Le Figaro, qui se nomme Paul Ceglia et qui est resté silencieux pendant six années.


De nouveaux emails datant des débuts de Facebook ont fait surface. D’après leur contenu, Mark Zuckerberg est tout sauf un enfant de choeur. Et il risque gros:C’est Paul Ceglia, propriétaire supposé de Facebook, qui a fourni ces emails comme preuve de la malhonnêteté de Mark Zuckerberg. Reste maintenant à prouver ses allégations.

Le combat sera indéniablement difficile car Paul Ceglia a un passif incluant la possession de drogue et la fraude. Malgré tout, Henry Blodget de Business Insider, le premier site à avoir publié les emails, souligne qu’il est défendu par le respectable cabinet d’avocat DLA Piper et qu’ils n’auraient pas accepté l’affaire si les allégations de Paul Ceglia ne paraissaient pas raisonnablement plausibles.

Une chose est sure: l’enjeu dépasse largement les milliers de dollars de l’époque. Si les emails sont authentiques, Paul Ceglia obtiendra probablement des centaines de millions de dollars de dommages et intérêts. Si les emails sont des faux, il risque de passer un bon moment en prison.

Parmi les emails de Mark Zuckerberg les plus accablants produits par Paul Ceglia figurent les deux ci-après:

Celui-ci date d’avril 2004, et Mark Zuckerberg écrit:

Je suis devenu trop occupé pour m’occuper du site et personne ne veut payer pour ça, donc je pense que je vais arrêter le serveur. Mes parents m’accordent une réserve dans laquelle je peux piocher pour mes frais d’études et je voudrais simplement vous rendre vos deux mille dollars et dire que nous sommes quittes…

Ensuite en juillet 2004, Mark Zuckerberg envoie à Paul Ceglia cet autre email, où il écrit ceci:

Je suis vraiment désolé de m’être comporté comme je l’ai fait. Donnez-moi votre adresse et je vous renverrai vos 2000$ pour vous dédommager, plus si cela peut restaurer nos rapports professionnels. C’est à nouveau l’été et je n’ai toujours pas le temps de développer votre site, je sais que j’ai promis de le faire, mais d’autres choses sont apparues et je suis en Californie pour travailler pendant les vacances“.

Au moment où il envoie cet email, Mark Zuckerberg est à une semaine de créer l’entreprise Facebook dans le Delaware. Il était en Californie où il travaillait à temps plein sur le réseau social, tout en déclarant à Paul Ceglia, “je n’ai toujours pas le temps de développer votre site.

Ce genre de tromperie est beaucoup plus sérieux que le mauvais tour joué par Mark Zuckerberg à Cameron et Tyler Winklevoss. Reste maintenant à savoir et à prouver si les emails produits par Paul Ceglia sont une nouvelle preuve de la malhonnêteté de Mark Zuckerberg ou une tentative d’escroquerie basée sur l’histoire maintenant connue des débuts de Mark Zuckerberg sur le campus d’Harvard.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !


×