Réseaux sociaux

Facebook a le droit d’imposer sa politique en Allemagne

Il y a quelques mois, nous vous parlions de la décision du Schleswig-Holstein, lander perdu au nord de l’Allemagne, concernant l’anonymat sur Facebook. Le lander avait en effet jugé que l’anonymat sur internet était un droit et que Facebook n’avait pas à obliger les gens à mettre leur vrai nom sur son réseau. Mais Facebook vient aujourd’hui de gagner une manche.

Screenshot_13

Le réseau avait en effet engagé une procédure devant un tribunal pour casser la décision du lander. Et c’est réussi, puisque la justice allemande a autorisé Facebook à appliquer la politique qu’il souhaitait sur son réseau. La raison ? Ses bureaux européens étant en Irlande, la législation allemande n’a pas autorité sur la firme. De plus, la loi allemande protège la libre expression en ligne.

Le lander fera appel à cette décision. C’est une victoire importante pour Facebook, puisque la politique du site est d’éradiquer l’anonymat sur son réseau, comme c’est écrit dans sa charte.

Facebook envisage de déployer une refonte majeure des profils

Facebook envisage de déployer une refonte majeure des profils

Facebook envisage de déployer une refonte majeure des profils des utilisateurs lors de sa conférence développeur f8 cette semaine.

Les détails sur la
refonte sont rares, mais deux sources familières avec les plans de Facebook (qui ont demandé à rester anonyme) nous ont dit que la refonte est "majeur" .

Les changements du profil feront partie d'un vaste lancement, celui qui inclue le lancement d'une plate-forme de musique et des médias.

Voici ce que nous savons jusqu'à présent sur la refonte du profil:

    
- Le profil redessiné sera plus «collant», explique une source. Un des objectifs des nouveaux profils est d'insiter les utilisateurs a rester sur leurs profils plus longtemps.

Lire la suite

Google+, le concurrent direct de Facebook, débarque

google plus

Google a annoncé, mardi 28 juin au soir, le lancement de Google+, un nouveau réseau social qui se pose en concurrent direct de Facebook. L'inscription au service se fait, pour l'instant, uniquement sur invitation, une pratique classique du moteur de recherche pour le lancement de nouveaux produits.

Il ne s'agit pas de la première incursion de Google dans le domaine : en février 2010, il avait lancé Buzz, une combinaison de sa messagerie instantanée avec des éléments de réseau social. Le service avait été un échec : une mauvaise gestion des paramètres de protection de la vie privée avait provoqué un scandale, et l'ouverture d'enquêtes par les autorités de régulation de plusieurs pays.



Lire la suite

Twitter devrait annoncer son propre service de partage de photos

Twitter devrait annoncer son propre service de partage de photos

Après avoir confirmé le rachat de TweetDeck la semaine dernière, Twitter devrait annoncer cette semaine le lancement de son propre système de partage de photos.

D’abord révélée par TechCrunch, l’information a été confirmée par le blog All Things Digital du Wall Street Journal qui organise à partir demain sa conférence D9 à laquelle participera Dick Costolo, le P-DG de Twitter.

Actuellement, des services tiers comme Flickr, Instagram, Twitpic et Yfrog occupent ce créneau du partage d’images en permettant aux usagers de « tweeter » une url raccourcie qui pointe vers une page personnelle. Aucun détail n’a filtré sur ce que Twitter compte proposer.

Après avoir développé ou racheté les applications clientes des principales plateformes mobiles, Twitter s’attaquerait donc à un autre pan de son écosystème dont il veut avoir la maîtrise. Au risque de créer de nouvelles tensions avec sa communauté de développeurs. (Eureka Presse)

Le projet de loi permettrait aux parents un contrôle sur les pages Facebook de leurs enfants

Un nouveau projet de loi à l'étude en Californie obligerait Facebook et autres sites de réseautage social de supprimer les informations personnelles sur les comptes des enfants à la demande des parents.

Il ya une inquiétude croissante au sujet du nombre d'enfants utilisant des sites comme Facebook.Bien que les enfants de moins de 13 sont interdits de se joindre, beaucoup ont tout simplement menti sur leur date de naissance, souvent avec le plein consentement de leurs parents. En effet, une récente étude de Consumer Reports a révélé que le plus grand nombre de 7,5 million d'enfants ont crée un compte facebook par aide de leurs parents.

Mais le projet de Loi sur la protection sociale en réseau permettrait également aux parents de controler complétement le compte de leurs enfants, avec des amendes allant jusqu'à 10.000 $ pour les entreprises qui ne le respectent pas dans les 48 heures - plutôt un défi de taille pour les sites Internet.

Lire la suite

Royaume-Uni: les patrons interdisent Facebook au travail

Facebook

Près de la moitié des entreprises du Royaume-Uni (48%) ont interdit à leurs employés d'accéder aux sites de réseautage social à leurs lieux de travail dans la dernière année, selon les recherches effectuées par HCL Technologies et Lewis PR.

63% des participants ont déclaré qu'ils étaient strictement conseillé de ne pas utiliser les médias sociaux au travail.

Lire la suite

Les Twins Winklevoss font face à un recours au tribunal concernant les fonds Facebook


Winklevoss twins

Est-ce que la saga des jumeaux Winkelvoss n'aura jamais une fin? Le duo se trouvent maintenant impliqué dans un procès sur la façon dont leur argent Facebook devraient être distribués.

 le développeur de logiciels Wayne Chang affirme qu'il a de droit une partie de la 65 millions $ de règlement des jumeaux gagné par leur tour dans la création de Facebook, selon un rapport de La Revue de droit national.

Cameron et Tyler Winklevoss ont créé ConnectU, un site de rencontres Harvard Web qui employait le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg. Après cela Facebook a décollé, les fondateurs de ConnectU ont accusé Zuckerberg de voler leurs idées afin de créer Facebook. Zuckerberg naturellement pas d'accord, mais les deux parties ont finalement conclu un accord 20 millions de dollars en espèces, plus une participation dans Facebook une valeur de 45 millions de dollars.

 

 

Lire la suite

Facebook laisse échapper des informations de leurs utilisateurs !

Facebook laisse échapper des informations de leurs utilisateurs !

Une supervision de la sécurité de la part de Facebook a virtuellement accordé l'accès de millions de comptes d'utilisateurs à des tiers comme les annonceurs et les plates-formes d'analyse.

Plus précisément, le problème est venu à partir d'applications Facebook qui sont autorisés à accéder à un compte par l'utilisateur. La demande a ensuite un jeton d'accès qui sont comme un jeu de clés de rechange dans un compte Facebook.

Le jeton peut accorder l'accès à des postes de mur, des photos, et la plupart des autres domaines d'un profil. Symantec estime que près de 100.000 demandes ont  permis l'accès des jetons pour être divulgué à des tiers.

Lire la suite

Julian Assange: Facebook est une formidable machine à espionner

Julian-Assange

Julian Assange a sa petite théorie personnelle sur Facebook. 

Si vous avez déjà un brin paranoïa sur les bords, ne lisez surtout pas ce qui suit:

Le fondateur de Wikileaks a accordé une interview à Russia Today au cours de laquelle il expose sa théorie conspirationniste sur Facebook. Selon Julian Assange:

Facebook en particulier est la machine à espionner la plus épouvantable jamais inventée. Nous avons là la base de données la plus complète sur les gens, leurs relations, leurs noms, leurs adresses, leurs positionnements lorsqu’ils communiquent entre eux, leurs connaissances… tout ceci accessible aux services de renseignement américains.

Julian Assange n’a pas non plus affirmé directement que Facebook collaborait activement avec les services de renseignement américains. Néanmoins il a expliqué que:

Tout le monde devrait comprendre que quand ils ajoutent leurs amis sur Facebook, ils travaillent gratuitement pour les agences de renseignement des Etats-Unis, et qu’ils construisent cette base de données pour eux.

Le fondateur de Wikileaks a vraiment une vision très personnelle du monde. En même temps, a-t-il vraiment complètement tort?

Gare aux applis «Qui regarde mon profil» sur Facebook

La série Starcraft est l'un des piliers du sport électronique

Des messages qui promettent aux membres du réseau social de révéler la liste des membres qui consultent le plus souvent leur profil se multiplient sur Facebook.

Le spam sur Facebook se perfectionne. Depuis quelques jours, les membres français du réseau social découvrent des messages indésirables de leurs amis, qui les orientent vers un service promettant de leur révéler la liste des membres consultant le plus souvent leur profil. Ces messages, en apparence anodins, appartiennent à une nouvelle forme de spam, qui se propage entre les utilisateurs du site.

Le système est bien rodé. Un clic sur l'annonce depuis Facebook dirige les internautes vers un site internet hébergé à l'étranger, où il leur est demandé de coller une ligne de code dans la barre d'adresse de leur navigateur Internet et de répondre à un questionnaire de sécurité. Loin de leur fournir la liste attendue des visiteurs de leur profil, cette manœuvre crée un nouvel événement et propage le code malveillant sur les murs des amis de la victime. Et ainsi de suite. a noté l'éditeur Trend Micro. Facebook rappelle pourtant régulièrement qu'il n'existe aucune application permettant de savoir qui a regardé son profil.

Lire la suite


×